Plan de gestion de la foret

Martina Westover • 19 juillet 2020
Article dans le groupe Forêt en danger !
0 commentaire
0 mention "j'aime"
96 vues

AMENAGEMENT DE LA FORÊT COMMUNALE DE BESSEGES
Département (s) : 30 - Gard
2017 - 2036
Surface cadastrale 108.85 70 ha
Surface retenue pour la gestion 108.86 ha
Altitudes extrêmes : 185 m - 430 m
Premier aménagement
Schéma régional d'aménagement : zone d'influence atlantique et bordure du massif central

AMENAGEMENT DE LA FORÊT COMMUNALE DE BESSEGES 2017 - 2036

Le contexte :

Propriété récente de la commune de Bessèges, les 109 ha achetés aux Houillères du Midi sont situés sur le versant qui domine la cité au sud. Les sols, variant de siliceux à calcaire d'ouest en est, sont plutôt favorables à une bonne production forestière. Le châtaignier, présent sans doute avant l'époque industrielle de la commune, a été enrésiné, par les Houillères (pour leurs besoins en bois de mine) puis, après l'achat, par la commune en 1971 avec l'aide du Fonds Forestier National.

Les enjeux principaux de la forêt :

L'enjeu social ( paysage, environnement, écologie, ressource en eau) et l'enjeu protection (ravinement, feux de forêts) sont prioritaires pour l'actuel propriétaire. Il est néanmoins indéniable que les enjeux production bois (résineux et feuillus)
et écologiques (limite zone de pin de salzmann, grande diversité forestière sur les anciens terrils) sont non négligeables.
La commune adhère à la charte du Parc National des Cévennes et l'aménagement doit en respecter les grands axes (cf. § 2.6)

Bilan de l'aménagement précédent :

D'acquisition récente et ayant fait l'objet d'un vaste projet de reboisement (plus de 86 ha en 40 ans), la forêt a de surcroit dû subir pas moins de 3 grands feux (surface détruite > 15 ha _ au total près de 96 ha !). Elle n'a donc, pour le moment,
pas bénéficié d'un plan de gestion.

Principaux objectifs de l'aménagement forestier : 

La bonne croissance des peuplements en place, malgré les divers sinistres subis, nécessite de commencer à en prévoir le renouvellement et d'organiser les travaux d'amélioration nécessaires.

Les objectifs principaux sont :

- protection DFCI (maintien en état des équipements : pistes, réservoir, débroussaillement de sécurité des interfaces
forêt/habitat, ...) et réduction de la combustilité (diminuer densité des jeunes peuplements, cloisonnements, ...)
- gestion des peuplements afin d'éviter les grandes trouées (nuisibles au paysage et à la protection des sols) = structures en futaie régulière ou irrégulière plutôt que taillis.
- profiter des capacités d'accueil de la forêt, très proche de la zone urbaine (diversité botanique, vestiges historiques, paysage, ...)

Le programme d'actions prévoit :

pour les coupes :
Les pins maritimes, occupant la moitié ouest de la forêt seront traités en futaie régulière et feront l'objet de 1ères coupes
d'éclaircie pour diminuer leur densité et en améliorer la qualité.
Les taillis vieillis de chataigniers, souvent malades et colonisés par le robinier, seront exploités tout en conservant des réserves (belles cépées, plus beaux sujets, ...). On éclaircira les alentours des bouquets de douglas, pins et cèdres pour espérer leur régénération naturelle.

Les taillis de chênes seront travaillés de la même façon (taillis balivé) afin de conserver un peuplement dans le versant et limiter les rejets au profit des cèdres plantés.
Les peuplements de douglas et cèdres seront gérés en futaie irrégulière afin d'améliorer leur qualité esthétique. Les très gros sujets présents (cèdres centenaires) seront conservés en vieillissement.

pour les travaux :

Des travaux de maintenance (matérialisation limites périmètre et parcellaire) ainsi que d'infrastructure (protection incendie et desserte forestière) seront à prévoir en préalable à toute action.
Pour limiter les nuisances aux riverains et permettre sans doute une meilleure commercialisation des produits, l'étude d'une sortie plus directe de la desserte forestière sur la voirie publique est à envisager.
La jeunesse des peuplements repousse l'effort de renouvellement, et donc les travaux purement sylvicoles (dégagements, plantations, élagages, ...) aux vingt années suivantes.

Bilan prévisionnel

Compte tenu des actuels débouchés pour les petits bois (chauffage, bois énergie, ...) on peut espérer suffisamment de recettes pour couvrir les dépenses à envisager (compte-tenu du maintien du subventionnement des travaux d'infrastructure
DFCI).. Le bilan financier prévisionnel devrait être légèrement positif.

 

Files